Réflexe myotatique

 

 

Mise en évidence  
*Expérience

 

 

 Dans le réflexe rotulien comme dans le réflexe achiléen, le muscle stimulé est celui qui réagit : le coup  est  donné  sur  le  tendon  du  muscle  extenseur  qui  se  contracte  brusquement  entraînant l’extension de la jambe.

 Lorsqu’un muscle réagit en contraction réflexe, suite à son propre étirement, le réflexe est qualifié de myotatique.

Les  réflexes  myotatiques participent  au  maintien  de  la  posture  ;  ils  assurent  le  « tonus musculaire ».Chaque posture (debout, assis, accroupi, etc.) se caractérise par le maintien du corps dans une position donnée. C’est la contraction de certains muscles, en même temps que le relâchement d’autres, qui permet l’immobilisation du corps dans une position donnée.

I/ Les supports anatomiques du réflexe myotatique

La dissection d’un muscle squelettiques montre, à coté des fibres musculaires normales (fibres extrafusale) , des structures particulières appelées fuseaux neuromusculaires qui sont en relation avec les fibres nerveuses sensitives (fibres Ia)

 

*Des observations cliniques et des expériences permettent de dégager les éléments anatomiques du réflexe myotatiques ainsi que leurs rôle :

 

Observations et expériences

Interprétations

1- Chez un malade présentant une dégénérescence des fuseaux neuromusculaires situés dans le muscle de la jambe, le réflexe achilléen ne se produit pas en réponse à un coup porté sur le tendon d’Achille

La sensibilité du muscle disparu donc les fuseaux neuromusculaires constituent des récepteurs sensoriels indispensables au déclenchement du réflexe myotatique .la stimulation de ces récepteurs provoque la production d’un message nerveux sensitif.

2-La lésion de la moelle épinière provoque la disparition des réflexes rotuliens et Achilléens

 

La moelle épinière est le centre nerveux du réflexe myotatique (réflexe médullaire). Elle transforme le message nerveux sensitif en message nerveux moteur

3-La section accidentelle du nerf sciatique abolit le réflexe rotulien

 

Le nerf rachidien assure la transmission de message nerveux.

4- l’observation du réflexe rotulien montre la contraction du muscle extenseur et accompagnée par le relâchement du muscle fléchisseur

 

Le muscle étiré  extenseur et son antagoniste le muscle fléchisseur sont les organes effecteurs

*Les expériences de Magendie, complétées par des expériences de dégénérescence, permettant de localiser les corps cellulaires des neurones sensitifs et neurones moteurs intervenant dans le réflexe myotatique.

 

Les expériences montre que les deux racines rachidiennes n'ont pas le même rôle : des racines dorsale sont destinées à la sensibilité(rôle sensitif) alors que les racines ventrales sont destinées à la motricité (rôle moteur)

 II/ Le message nerveux

   A/ Nature et origine du message nerveux
   1/ Le potentiel de repos
     a/Enregistrement 


Dispositif expérimental Enregistrement de PR

     b/ définition 
Le PR ou potentiel de membrane est la différence de potentiel électrique qui existe entre la surface de la cellule et son intérieur . cette ddp est négatives et de l'ordre de -70mv. La surface de la fibre est chargée positivement alors que l'intérieur est chargè négativement.  
    c/ origine du potentiel de repos
Le PR s'explique par la répartition inégale des ions Na+ et K+ de part et d'autre de la membrane du neurone . Le maintien de cette inégalité de concentration aux ions Na+ et K+ est dû à l'action de la pompe Na+/K+. C'est une enzyme aui traverse la membrane, capture les ions Na+situés à l'intérieur et les expulse vers l'extérieur, de même elle prend les ions K+de l'extérieur, et les ramène à l'intérieur . Ce transport se fait contre le gradient de concentration des ces ions, il nécessite de l'énergie sous forme d'ATP.

L'enzyme est une ATPase qui décompose L'ATP en ADP+Pi et libère l'énergie qui sert à transporter les ions Na+ et K+ à travers la membrane. 

 

  2/Le ptentiel d'action 
  a/ Condition de naissance d'un PA


 
Lorsqu’on stimule, par des électrodes reliées à un générateur, une fibre avec des intensités croissantes intensités infraliminaires on enregistre des potentiels locaux.

Si l’intensité de stimulation dépasse une valeur-seuil (intensité liminaire ou supraliminaire), on enregistre un potentiel d’action. Le potentiel d’action nécessite une intensité seuil pour naître, c’est lorsque le potentiel local atteint le seuil du PA (-50mv)

 

Le potentiel local

Le potentiel d’action

*Son amplitude varie en fonction de stimulation, il est graduable
*ne peut être enregistré que prés des électrodes réceptrices, il est non propageable

*l’amplitude est indépendante de l’intensité de la stimulation, il n’est pas graduable en amplitude donc on dit qu'il obéit à la loi de tout ou rein
*
il se propage le long de l’axone et constitue un message nerveux.

  b/ origine ionique de potentiel d'action 

Les phases du PA correspondent à des modifications passagères de la perméabilité de la membranes aux ions Na+ et K+ suite à une stimulation efficace .
* Au cours de la phase de dépolarisation, la perméabilité des ions Na+ due à l'ouverture des canaux voltage dépendants à Na+ ce qui entraîne une entrée massive de Na+ à l'intérieure de la fibre(ddp passe de -70mv à +30mv).
* Au cours de la phase de repolarisation, la perméabilité membranaire aux ions Na+diminue mais augmente vis à vis aux ions K+, ceci est expliqué par l'ouverture des CVD àK+ d'ou la sortie des ions K+.
* La phase d'hyperpolarisation est expliquée par l'ouverture prolongée des CVD à K+.
Le retour à la polarisation normale se fait grâce à l'activité de la pompe Na+/K+.

3) Naissance du message nerveux au niveau des récepteurs sensoriels

Dans l’organisme, le message nerveux prend naissance au niveau de certaines structures nerveuses qui sont les récepteurs sensoriels .Chaque récepteur réagit à une stimulation de nature spécifique. Par exemple le fuseau neuromusculaire réagit à l’étirement, le corpuscule de pacini (récepteur sensoriel localisé dans la peau)réagit à la pression exercée sur cet organe

 

*L’étirement du FNM provoque à l’extrémité de la fibre une légère dépolarisation locale appelée potentiel de récepteur il y a conversion ou transformation des quantités physiques de l’excitant en un phénomène électrique,
 c’est la transduction le lieu est dit site de transducteur

*L’amplitude du potentiel de récepteur augmente avec l’augmentation de l’intensité du stimulus:: il est graduable en amplitude

*L’amplitude de potentiel de récepteur diminue en s’éloignant de son lieu de naissance  :il est non propageable.

*quand le potentiel de récepteur atteint le seuil au niveau de 1er noeud de Ranvier , déclenche la naissance d'un potentiel d'action propageable : le 1er noeud de Ranvier est dit site générateur ( zone de la fibre sensitives contenant les 1ers canaux ioniques VD)

*L’amplitude des PA résultent de la stimulation est toujours constante quelle que soit l’intensité de l’étirement exercée sur le FNM, par contre  la fréquences des potentiels augmente avec l’intensité du stimulus.
2- le message nerveux envoyé par le récepteur est codé selon la fréquence des PA : on dit que le message est codé en modulation de fréquence.

 B/Propagation du message nerveux

 1/La vitesse de la propagation nerveux 

Le PA se propage le long de la fibre nerveuse avec une vitesse qui varie de 30m/s jusqu'à 100m/s chez les mammifères.
La vitesse de propagation augmente avec le diamètre de la fibre, avec la température et elle varie selon l'espèce.

La vitesse dans la fibre myélinisées est plus grande que dans la fibre amyélinisée.

 2/Mécanisme de la propagation du potentiel d'action 


* La conduction se fait par l'établissement des courants locaux: les charges (+) de la zone dépolarisée sont attirées par les les charges (-) de la zone voisine polarisée qui provoque la dépolarisation de cette zone donc chaque PA déclenche un autre. la zone de la fibre qui  a généré un PA présente une brève période réfractoire pendant la quelle elle demeure inexitable donc la propagation des PA est unidirectionnelle.(dendrite- corps cellulaire -axone -bouton synaptique)

* Dans le cas d'une fibre amyélinisée la propagation se fait proche en proche , elle est continue, vue que les CVD sont réparties sur toute la membrane de la fibre nerveuse.

* Dans le cas d'une fibre nerveuse myélinisée les CVD sont localisés au niveau des noeuds de Ranvier, donc la propagation est saltatoire qui est plus rapide que la propagation continue.

C/ La Transmission synaptique

1/ Structure de la synapse neuro-neuronique

2/Mécanisme de la transmission synaptique

 

 

3/Synapse excitatrice et synapse inhibitrice

Réponse post-synaptique

Type des canaux ouverts

Nature de neurotransmetteurs

Type de synapse

 légère  dépolarisation de la membrane post-synaptique : potentiel post –synaptique excitateur  : PPSE

Canaux chimio-dépendants à Na+ (entré de Na+)

Neurotransmetteur excitateur : acétylcholine, neuroadrénaline

Synapse excitatrice

 légère hyperpolarisation de neurone post-synaptique : potentiel post-synaptique inhibiteur PPSI

Canaux chimio-dépendants à K+ou à Cl- ( entrée de CL-et sortie K+)

Neurotransmetteur inhibiteur : GABA,

Synapse inhibitrice


D/L'intégration des PPS par le neurone postsynaptique

  -Un neurone réalise la sommation spatio-temporelle des multiples messages qu'il reçoit.

*La sommation est spatiale lorsque des PPS apparaissent simultanément au niveau de différentes synapses.

*La sommation est temporelle lorsque des PPS successifs  vont s'additionner

*Dans le condition physiologiques, les 2 phénomènes sont presque toujours associés d'où le terme spatio-temporelle

- Au niveau du corps cellulaire, le résultat de la sommation est un potentiel postsynaptique global (PPSG) .Lorsque le PPSG au niveau  de la cône axonique dépasse le seuil , un PA apparaît.Donc on appelle intégration postsynaptique la capacité du neurone postsynaptique d'intégrer à tout instant les informations qui lui parviennent des neurones présynaptiques par sommation temporelle et spatiale.

E/  Fonctionnement du circuit nerveux du réflexe myotatique

anim_reflexe myotatique.rar

La coordination de l'activité des muscles antagonistes, au cours du réflexe myotatique, s'explique par l'innervation réciproque. En effet les messages nerveux sensitifs provenant des FN du muscle étiré ont une double action :
*ils activent les motoneurones de même muscle et entraîne sa contraction. ce circuit excitateur est constitué de deux neurones (neurone sensitif et un motoneurone: une seule synapse)donc le réflexe myotatique et qualifié réflexe monosynaptique.
*Ils inhibent les motoneuronsdu muscle antagoniste par l'intermédiaire d'un interneurone inhibiteur , ce qui entraîne le chute du tonus du muscle. ce circuit inhibiteur formé de 3 neurones (3synapses) donc est un circuit polysynaptique .

cours 4ème                                                                   Accueil 


Commentaires (8)

1. zayeti sabrine 01/04/2013

merciii un bon travaille une explication exelente

2. barhoumi 26/02/2013

merci beaucoup pour votre aide et j'espère que vous complétez les autres cours manquants ( muscle , pression artérielle, immunité)

3. barhoumi 26/02/2013

un bon travail , merci beaucoup pour votre aide et j'espère bien recevoir les cours des autres parties ( muscle ' pression artérielle ' immunité) .

4. najwa amara ben slimène 01/02/2013

très intéressant ...excellent travail ..merci

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__