la fonction reproductrice chez l'homme

 La fonction reproductrice chez l’homme 

 

La puberté chez le garçon commence vers l’âge 12 à13 ans, que les organes de l’appareil génital mâle entre en activité. Le corps de l’enfant subit des transformations aussi bien anatomiques, physiologiques que psychiques, pour acquérir la fonction de reproduction.
 Parmi les manifestations de la puberté, on peut citer :

  • La croissance avec augmentation de la taille

  • Un développement de la musculature

  • Un développement de l’appareil génital

  • L’apparition des poils sur le pubis, les aisselles, la face, le thorax…

  • la modification de la voie

  • des éjaculations involontaires de sperme...

    Ces caractères qui permettent de reconnaître le sexe d’un individu sont les caractères sexuels secondaires.  

Comment fonctionne l’appareil génital masculin ?
Comment le fonctionnement de l’appareil génital mâle est-il contrôlé ?

I/ Organisation de l’appareil génital masculin

appareil génital de l'homme.

Organes

Noms

Rôles

Gonades

 

2 testicules

 

Activité2 p.10

Assurent, la fertilité (production des spzs), l'apparition et le maintien des CSII.

Voies génitales

 

2 épididymes

Lieu de maturation et le transit des spz

2 canaux déférents

Transit des spzs

L’urètre

L’évacuation des spzs

Glandes annexes

2 Vésicules séminales

Elles sécrètent un liquide nutritif riche en fructose et en enzymes forme avec les spzs un mélange appelé  le sperme

1 prostate

2 Glandes de cowper

Organe de copulation 

La verge ou pénis

Assure le transfert du sperme dans le s voies génitales féminines.


 Structures responsables des fonctions du testicule 

 1-Paroi de tube séminifère
2-Lumière de tube séminifère
3- Cellules interstitielles ( cellules de Leydig)                    coupe de testicule normal   

Tubes séminifères en tubes 
                       
                                                                                  


L’observation microscopique d’une coupe transversale d’un testicule montre deux structures : les tubes séminifères séparés par un tissu interstitiel (cellules de Leydig)  riche en capillaires sanguins

 

 Observation  : cliquez sur le lien         
( Comparaison: entre une coupe de testicule normal et une coupe detesticule cryptorchide)
           

Fig 1 individus normaux

Fig2 cryptorchides

*tubes séminifères sont bien développés, avec présence des spzs.
*la lumière de TS est réduite
* présence de tissu interstitiel

*tubes séminifères sont atrophiés et absence des spzs.
*la lumière de TS est vaste 
* présence de tissu interstitiel

Hyps : Les tubes séminifères sont responsables de la production des spzs
         Le tissu interstitiel responsable de la présence des CSII. Il agit sur les organes situés à distance par voie sanguine

II/Fonction exocrine du testicule

 a/Structure du spermatozoïde 

  Le spermatozoïde se déplace dans les voies génitales de la femme pour féconder le gamète femelle.
Les particularités cytologiques permettant au spz d’accomplir sa fonction sont :

  • Cellule pauvre en cytoplasme, de forme allongée, mobile grâce à un long flagelle qui assure le déplacement de spz. les mitochondries pour fournir l’énergie nécessaire au mouvement du flagelle  

  • L’acrosome permet la pénétration du spz l’intérieur de l’ovule

Les particularités chromosomiques : noyau haploïde n= 23 chromosomes : assure le rétablissement de la diploïdie après la fécondation
 

                                                                

b/ la spermatogenèse

l’observation microscopique d’une coupe de tube séminifère montre que la paroi de ces tubes présente deux catégories de cellules :
     * les cellules de Sertoli qui ont un rôle sécréteur, de soutien et de nutrition.
     *les cellules germinales (cellules souches des gamètes) qui permettent la formation des spermatozoïdes

Phase de multiplication

Phase d’accroissement

Phase de maturation

Différenciation= spermiogénèse                  

La multiplication des spermatogonies par mitose pour conserver le stock de spermatogonies.

Les spermatogonies subissent
un léger accroissement et deviennent
des spermatocytes I

Intervention de la méiose :
*une division réductionnelle donne 2spermatocytesII
* une division équationnelle donne 4 spermatides

La différenciation des spermatides en spermatozoïdes : réduction du 
cytoplasme, formation de l’acrosome, apparition de
la pièce intermédiaire et flagelle...

 

Animation : La spermatogenèse 

      la spermatogenèse au niveau de la paroi du TS                            La spermatogenèse           

III/ Fonction endocrine du testicule 

Un rappel de la justification des différentes actions expérimentales :

  • L’ablation d’un organe montre que cet organe intervient.

  • Une greffe montre que cet organe agit par voie sanguine et non par voie nerveuse.

  • Une injection confirme que c’est un message chimique qui agit.

  • Le dosage variable des hormones injectées introduit la notion de message chimique codée en concentration.

  • Une analyse chimique permet d’identifier l’hormone qui intervient.


Expériences

Résultats

Conclusions

1) Castration (ablation des testicules) d’un animal impubère.

 

*l’animal reste toujours impubère.

les testicules sont responsables : 
*de l’apparition des CSII.

*la fertilité

*maintien des CSII après la puberté

 

2) Castration d’un animal adulte

*stérilité
*régression des CSII

3) Greffe d’un fragment du testicule à un rat adulte et castré.

 

*stérilité
*restauration des CSII

Les testicules agissent sur les CSII à 
distance par voie sanguine.

4) Injection chaque jour à un rat castré des extraits testiculaires

 

*stérilité
*restauration des CSII

L’extrait testiculaire renferme une
substance chimique qui assure le développement des CSII.

5) Irradiation les testicules d’un rat adulte aux rayons X : destruction des tubes séminifères

 

*stérilité
*maintien des CSII

Le tissu interstitiel intervient dans la fonction reproductrice masculine
produisant une hormone : 
la testostérone

6) Lésion des cellules de Leydig par irradiation

 

*Stérilité
*régression des CSII

 

Le testicule à une double fonction : 
* fonction exocrine elle assure la fertilité de l’individu (production des spzs). Cette fonction se réalise dans les tubes séminifères. 
*fonction endocrine la sécrétion d’une hormone: la testostérone (androgènes) par les cellules de Leydig.
À la puberté la testostérone détermine l’apparition des CSII et après la puberté elle assure  le maintien de ces caractères. Elle stimule aussi la spermatogenèse
.


 IV) Régulation du fonctionnement testiculaire 

1/rôle de l’hypophyse

Expériences

Résultats

Conclusions

1) Ablation de l’hypophyse (hypophysectomie) chez un rat adulte.

Arrêt complet du fonctionnement testiculaire

L’hypophyse contrôle les fonctions du testicule

2) Injection d’extraits hypophysaires chez ce rat

Reprise du fonctionnement testiculaire pendant la d urée de traitement

L’hypophyse contrôle les testicules en agissant par voie sanguine.

3/injection de FSH à un rat hypophysectomisé

Restauration des tubes séminifères : développement des cellules de Sertoli +multiplication des spermatogonies mais pas de spermatogenèse

La FSH agit sur les cellules de Sertoli (cellules cibles) et active la multiplication des spermatogonies

4/ Injection de de LH à un rat hypophysectomisé.

Restauration des CSII (développement des cellules interstitielles)

LH agit par voie sanguine sur les cellules interstitielles, stimule la sécrétion de testostérone

5/Injection simultanément la FSH et LH à un rat hypophysectomisé   

Rétablissement  de la spermatogenèse et de la production de la testostérone.

L’hypophyse contrôle les fonctions des testicules par 2hormones en même temps la FSH et la LH.

 



L'hypophyse sécrèten deux hormones agissant sur les testicules : LH et FSH. Ces hormones sont nommées gonadostimulines ou gonadotrophines .

* La LH agit sur les cellules interstitielles (Leydig), stimule la sécrétion de testostérone.

*La FSH : c'est une hormone hypophysaire qui active indirectement la spermatogenèse. En se liant d'une protéine , l'ABP, indispensable à la réception de la testostérone par les cellules germinales, ce qui active la spermatogenèse

2/L'hypothalamus contrôle l’hypophyse 

                                  l'hypothalamus contrôle l'hypophyse      variation des taux des GnRH, de LH et FSH

L'hypothalamus sécrète une hormone nommée GnRH ou gonadolibérine .C'est une neurohormone car elle est sécrétée par des neurones ayant leurs corps cellulaire dans un noyau de l'hypothalamus et leurs axones dans la tige hypothalamohypophysaireau niveau des vaisseaux sanguins. La GnRh se fixe sur des récepteurs des cellules de l'antéhypophyse et stimule la sécrétion de LH et FSH. La sécrétion de GnRH est pulsatile avec une fréquence de un pulse tout les 90 minutes. les sécrétions de LH et la testostérone sont également pulsatiles avec des pics de sécrétions qui sont légèrement décalés dans le temps par rapport aux pics de GnRH.Ce qui montre qu'il y a une relation de causalité entre les trois sécretions. Les pulses de GnRH entrâinent les pulses de LH qui entrâinent les pulses de la testostérone 

3/ Rétrocontrôle testiculaire 

Expériences

résultats

conclusions

1) castration d’un animal adulte.

 

Sécrétion massive de LH et de FSH

Le testicule agit sur l’hypophyse en freinant la sécrétion des hormones hypophysaires (LH et FSH) : rétrocontrôle négatif

2) injection de testostérone chez le castrat

Baisse rapide de taux sanguin de LH.

La testostérone inhibe la sécrétion de LH par un rétrocontrôle(-)

3) administration de testostérone dans l’hypothalamus d’un animal

Baisse de la fréquence et de l’amplitude des pulses de la sécrétion de GnRH

La testostérone inhibe la sécrétion de la GnRH par (RC-)

3) Destruction, par irradiation, des tubes séminifères

* augmentation de taux sanguin de FSH
*maintien due taux normal de LH

Les tubes séminifères exercent un rétrocontrôle (–) sur la sécrétion de FSH 

4) injection d’inhibine chez un animal normal.

* baisse du taux de FSH.
*maintien du taux normal de LH.

Les cellules de Sertoli inhibent la sécrétion de FSH par l’intermédiaire de l’inhibine. (RC-) 

                                                  

Des expériences montre que la testostérone exerce en permanence un retrocontrôle négatif sur C-H.H  assure une stabilité des sécrétion de la testostérone. toute hausse aux taux de testostérone excerce un effet modérateur sur le complèxe H.H(inversement, une baisse du taux de testostérone stimule les sécrétions du C.H.H).

L'inhibine une hormone sécrétée par les cellules de Sertoli, exerce un rétrocontôle négatif sur la synthèse et la sécrétion de FSH par les cellules hypophysaire. Ce RC- a pour but de maintinir la production des spermatozoîdes à une valeur normale 

 

Schéma fonctionnel du fonctionnement  du testicule


  vers page cours 4ème                                                                Accueil  

 

Commentaires (15)

1. la 4-1 (site web) 21/03/2016

les couilles sur tes yeux ca fait un dindon

2. bouzebbi (site web) 21/03/2016

jaime le zit zitoun parfumé

3. KING KONG 16/03/2016

très interresant

4. Hatem LABBAOUI 03/11/2015

merci bcp ;)

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site